Torso de Helene Tursten

Torso est le deuxième roman écrit par la Suédoise Helene Tursten en 2000 (version française publiée en 2008 aux éditions Michel Lafon sous le titre Un torse dans les rochers). Irene Huss, début quarantaine, mariée et mère de jumelles adolescentes, ex-championne européenne de judo, est enquêteuse au service de police criminelle de Göteborg, principale ville portuaire de Scandinavie. Une femme promenant son chien le long d’une plage découvre un sac contenant un torse humain, et Huss et ses collègues se voient confier l’enquête.

Premier obstacle, le torse en question a été minutieusement charcuté, au point où il est impossible sur le coup de déterminer si la victime était un homme ou une femme. Seul indice probant, un tatouage sur l’épaule droite, un « Y » inversé dont le pied est traversé par deux traits. Et autour de ce signe, un dragon qui mange sa queue. Grâce à un test de chromosomes, le médecin légiste parvient à établir que la victime était un homme et à extrapoler quelques autres caractéristiques. Mais c’est peu pour Huss et ses collègues, et l’enquête piétine. D’autres sacs contenant des restes humains sont découverts, mais toujours aucun indice sur l’identité de la victime.

Un artiste reconstitue en dessin le tatouage, et les enquêteurs de la brigade criminelle suivent la piste des salons de tatouage avec une reproduction du dessin dans l’espoir de trouver quelqu’un qui pourrait identifier celui qui l’aurait commandé. Peine perdue. Les tatoueurs rencontrés doutent d’ailleurs que le tatouage ait été fait en Suède tellement il a été exécuté avec soin, y compris en dégradés de couleurs. L’œuvre de plusieurs jours. Le dessin est acheminé aux divers corps policiers scandinaves. La brigade criminelle de Copenhague signale que ce dessin est identique à l’enseigne d’une boutique près de ses bureaux.

Irene Huss se rend donc sur place et la « vraie » enquête commence. La police copenhagoise a aussi un cas non élucidé de meurtre suivi de décapitation à résoudre, et les deux cas présentent des similitudes : la nécrophilie. Huss est entraînée dans un milieu sombre où rien ne peut être tenu pour acquis. Peu à peu, elle sent que le meurtrier, qui n’a toujours pas été identifié, se rapproche d’elle et des siens. Panique. Tout se règle, c’est sûr, mais à quel prix, et par qui?

C’est un roman au rythme rapide. L’intrigue est bien construite et les événements se déroulent en l’espace de deux ou trois semaines. On en apprend presque autant sur la vie d’une famille de classe moyenne suédoise que sur les techniques d’enquête, mais sans alourdir ou ralentir le récit. Typique d’un roman suédois, on y boit beaucoup de café, et la bouffe occupe une place importante, car le mari d’Irene est chef cuisinier dans un des restaurants cotés de Göteborg.

Fait singulier, je crois que c’est le premier polar que je lis où on ne tire pas un seul coup de feu. Il y a certes plusieurs horribles assassinats, mais jamais de coup de feu, ni des criminels ou de la police.

Helene Tursten a un étrange parcours pour une auteure. D’abord infirmière, puis dentiste, elle est forcée de mettre un terme à sa carrière et de prendre sa retraite à 39 ans après avoir contracté un trouble rhumatismal chronique. Elle devient alors traductrice de textes médicaux avant d’écrire en 1998 son premier roman et de créer le personnage d’Irene Huss. Un autre de ses romans, Le diable de verre, a été traduit en français et publié chez Michel Lafon. Bon nombre de ses ouvrages ont été scénarisés en films pour la télévision suédoise et mettent en vedette Angela Kovacs dans le rôle d’Irene Huss.

Publicités
Cet article a été publié dans Polars. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Torso de Helene Tursten

  1. Ping : Glass Devil de Helene Tursten | Jean-Pierre Cloutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s