The Devil’s Star par Jo Nesbø

Cinquième roman d’une série de neuf avec l’inspecteur Harry Hole comme personnage principal, publié 2003, chez Gallimard en 2006 sous le titre L’Étoile du diable. Oslo sous la canicule, ça change de l’extrême-nord suédois. Une jeune femme, Camilla Loen, est assassinée d’une balle au front dans la salle de bain de son appartement d’Oslo. Son index gauche a été coupé et un diamant rouge en forme d’étoile a été glissé sous sa pupille.

Quelques jours plus tard, une jeune femme du nom de Lisbeth Berli, disparaît en plein jour à quelques dizaines de mètres de chez elle sans que personne ne voie rien. La police reçoit par la poste son majeur gauche dans lequel on a glissé une bague ornée d’un diamant rouge à cinq pointes.

Un troisième assassinat survient. La victime est Barbara Svendsen, une jeune femme tuée d’une balle à la tête. Son annulaire a été amputé. On a remplacé une de ses boucles d’oreille par une boucle en forme de cœur à l’intérieur de laquelle on a déposé un diamant rouge à cinq pointes. La police sait maintenant qu’elle a affaire à un tueur en série.

Harry Hole est l’enfant terrible de la brigade criminelle osloïte. Alcoolique hors de contrôle, arrogant, désordonné, il est néanmoins un brillant enquêteur. Mais lorsqu’il se présente sur le lieu du premier crime en état d’ébriété avancé, ça en est trop pour son supérieur qui amorce les procédures de congédiement. Tom Waaler est aussi enquêteur à la brigade criminelle, mais il est tout le contraire d’Harry Hole. Fort compétent, certes, mais il est ambitieux et arriviste. Lorsque le grand patron est confronté à un troisième assassinat, il convainc de retarder son départ, car la brigade est à court d’effectifs en cette période de vacances. Il demande à Harry de mener l’enquête avec Tom.

Le problème est qu’il règne une forte animosité entre les deux hommes. L’ancienne collègue de Harry, Ellen Gjelten, a été assassinée à coups de bâton de baseball. Harry est persuadé que c’est Tom qui a commandé cet assassinat, et qu’il a ensuite tué l’assassin lors de sa tentative d’arrestation. Ellen Gjelten aurait possédé des preuves de l’implication de Tom Waaler dans le trafic d’armes destinées à la pègre locale.

Puis il y a Rakel, la mère d’Oleg, neuf ans, avec qui Harry entretient une relation un peu trouble. Ils ont songé à vivre ensemble, mais l’enquête personnelle qu’a menée Harry à propos de ses activités de contrebande de Tom lui a pris des heures précieuses et a miné sa santé. Il y a évidemment la question de l’alcool. On a souvent dit que l’archétype du personnage de policier dans les romans scandinaves était un homme en milieu de vie, alcoolique, gros fumeur, morose et désabusé. Harry Hole correspond tout à fait au signalement.

Jo Nesbø a d’abord été journaliste avant de s’adonner à la musique dans une formation nommée Di Derre. Son premier roman, Flaggermusmannen (L’Homme chauve‑souris) publié en 1997 a été un succès immédiat. Il avait alors 37 ans. Pour créer le personnage de Harry Hole il dit s’être inspiré d’un ami, un ivrogne qu’il transportait souvent à l’époque où il était chauffeur de taxi, d’autres personnages de fiction, et de sa propre expérience.

Publicités
Cet article a été publié dans Polars. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s