Élection 2014, «Un vide… à combler… vite»

Un vide...«Le Québec vient-il de vivre la pire campagne électorale de son histoire? Peut-être pas, mais ce fut assurément l’une des plus déprimantes. Ce ne sont pas surtout des résultats qu’il s’agit ici, mais de la campagne elle-même et de son vide effarant. À la revivre mentalement, on est amené à s’interroger sur les partis, sur les aspirants au pouvoir politique, sur les médias qui ont participé à cette campagne, sur le public qu’on a voulu séduire. Tous, aujourd’hui, en ont engrangé un souvenir gênant.

… en quoi le recours référendaire est-il si menaçant, si redoutable, si malsain ? J’avoue ne pas comprendre ces terreurs et ces condamnations enflammées. Le temps n’est pourtant pas si loin où la suggestion faite par Claude Morin de recourir à un référendum, au lieu de susciter l’inquiétude ou la colère, calmait les esprits. À cette époque pourtant récente, la promesse d’un référendum avait pour effet de convaincre l’électorat que jamais un gouvernement péquiste ne ferait du Québec un État souverain sans consulter la population. Assuré de ne jamais être mis soudainement devant le fait accompli, l’électorat en avait déduit qu’il pouvait confier la gouvernance à un parti aussi attaché aux règles démocratiques et il le fit.»

Laurent Laplante
Élection 2014 – Un vide… à combler… vite

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s