Retour sur l’Affaire Dreyfus

dreyfusJe ne suis habituellement pas porté sur les romans historiques. Peut-être parce que déjà, avant d’en entamer la lecture, on connaît la fin. Dans son ouvrage D (publié chez Plon, titre original An Officer and A Spy), l’auteur Robert Harris nous fait revivre l’affaire Dreyfus qui secoua la France à la fin du XIXe siècle. Wikipédia, dans son dossier magistral, résume bien l’Affaire. « L’affaire Dreyfus est un conflit social et politique majeur de la Troisième République survenu à la fin du XIXe siècle, autour de l’accusation de trahison faite au capitaine Alfred Dreyfus qui sera finalement innocenté. Elle a bouleversé la société française pendant douze ans, de 1894 à 1906, la divisant profondément et durablement en deux camps opposés, les ‘dreyfusards’ partisans de l’innocence de Dreyfus, et les ‘antidreyfusards’ partisans de sa culpabilité. » Fin 1894, le capitaine de l’armée française Alfred Dreyfus, Juif d’origine alsacienne, est accusé d’avoir transmis aux Allemands des documents secrets. Il est jugé et condamné à la réclusion à perpétuité.

Mais en 1896, le colonel Georges Picquart des services de renseignement français, celui là même qui a largement contribué à l’instruction de la cause contre Dreyfus, revoit le dossier et constate des allégations somme toute non fondées, des preuves plus que circonstancielles, et surtout un camouflage par l’armée de faits qui auraient pu disculper Dreyfus. Le combat pour faire la lumière sera long, mais finalement Dreyfus sera innocenté et réhabilité en 1906.

L’approche retenue par Robert Harris est de nous situer dans le personnage du colonel Picquart, de nous faire découvrir son cheminement et surtout d’écrire à la première personne. Et c’est là d’une efficacité littéraire redoutable. À ce titre, ceux et celles qui ne connaissent pas l’Affaire Dreyfus ont peut-être un avantage sur les lecteurs férus d’histoire, car ils trouveront en D tous les éléments d’un thriller judiciaire orchestré de main de maître par Harris. Ce qui n’enlève rien à la valeur historique de ce livre, l’auteur ayant procédé à de méticuleuses recherches avant d’en écrire la première ligne.

Outre l’écheveau complexe de l’Affaire, l’auteur porte un regard éclairé sur l’antisémitisme omniprésent dans la société française de l’époque qui a teinté les procédures, et aussi sur le rôle de la presse de l’époque plus intéressée à « vendre de la copie » et à satisfaire le sentiment antisémite qu’à découvrir les tenants et aboutissants des accusations et du procès.

Une excellente lecture, de la première page à la dernière.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s