Vous connaissez le coir?

Voici le temps des préparatifs pour les jardins, les plates-bandes et les potagers. Avez-vous songé à bien amender vos substrats de culture?

On connaît bien en horticulture les vertus de la sphaigne, aussi appelée tourbe de mousse, mousse de tourbe, mousse de sphaigne, bref, ce bon vieux peat moss. On l’utilise pour fertiliser les terreaux, elle sert à augmenter la capacité d’aération et de rétention en eau des sols, et constitue aussi pour certains une solution au besoin de paillis.

Ce qu’on sait moins, c’est que la sphaigne est une ressource non renouvelable. En fait, elle se renouvelle, mais il lui faut environ un siècle pour atteindre une hauteur de 5 cm. L’extraction de la tourbe est donc très réglementée. À l’état humide, c’est une matière fort utile en culture, mais si elle se dessèche, la réhydratation prend un certain temps et beaucoup d’arrosage.

Or, il existe sur le marché une solution de rechange peu coûteuse, écologique, renouvelable et d’une grande efficacité, la fibre de noix de coco aussi appelée coir. Le coir peut servir à amender le sol et à le doter d’une matière qui absorbe rapidement l’eau et dégage au besoin le précieux liquide et les nutriments aux racines des plantes. On le trouve sous forme de blocs ou de briques de fibres séchées comprimées qu’il suffit de réhydrater pour utiliser.

coir2J’ai tenté l’expérience l’an dernier avec un bloc de coir d’environ 1 pied cube à l’état sec composé de quatre sous-blocs. En l’arrosant copieusement, le matériau s’est mis à gonfler immédiatement pour donner trois pieds cubes de substrat prêt à utiliser, très fin et léger, perméable, d’une consistance facile à travailler.

Les instructions du fournisseur suggèrent de mélanger le coir au substrat existant dans une proportion 1:3 (c’est-à-dire une partie de coir pour trois parties de terreau), mais je suis persuadé qu’on peut adapter la recette aux besoins, voire même utiliser le coir comme seul substrat. Cette année, je ferai l’expérience du paillis de coir.

À ce qu’on dit, le coir est de pH neutre ce dont il faudrait tenir compte pour les plants qui aiment bien un milieu un peu acide. Il ne dégage aucune odeur, ce qui pourrait le rendre intéressant pour les utilisations à l’intérieur ou sur le balcon (plantes en pots, semis, etc.).

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s